La mode et les bijoux français.

Paris est toujours le centre de la mode internationale. Et le phare de cette créativité est la haute couture qui déplace toujours lors des fameuses « collections » les célébrités, stars du cinéma,  journalistes de mode, et les centaines de richissimes clientes internationales qui peuvent se payer ces créations.

Depuis les années 50-60, la haute couture a souffert des bouleversements qui ont suivi les deux guerres. La part de la haute couture s'est réduite à quelques pour cent du chiffre d'affaire des maisons de couture, qui se fait surtout sur la vente de parfums, d'accessoires, de bijoux, de lignes de prêt-à-porter de luxe et de produits dérivés. Enfin, la crise profonde qui frappe l'industrie du vêtement depuis trente ans, l'invasion des fabrications étrangères, les licenciements massifs dans la filière textile ont bouleversé métiers et marchés, malgré les remparts dressés par la profession et les pouvoirs publics.

Pourtant, Paris reste toujours un must pour les professionnels du monde entier qui viennent toujours assister aux présentations de collections, et les présentations de prêt-à-porter, souvent issu des mêmes maisons, déplacent désormais le plus d'acheteurs et de journalistes spécialisés.

Le prestige de la mode française a changé de forme. La profession s'est renouvelée de l'intérieur et s'est ouverte à de jeunes talents. Le centre de gravité de la mode parisienne est passé de la haute couture (modèles exclusifs fabriqués sur mesure) au prêt-à-porter de luxe (fabrication industrielle en série) qui décline et adapte, au sein des mêmes maisons, les créations des designers. La persistance d'ateliers au cœur de Paris assure la rapidité d'accès et de réaction au marché (la rue), permet de saisir les tendances et à y répondre : 34,9% des entreprises sont en Ile-de-France

 

Quelques chiffres :

  • Une industrie puissante : 4 000 entreprises, 10 milliards d'euros HT de Ca et 48 000 salariés.
  • Essentiellement composée de PME : 91% du CA réalisé par les entreprises de 20 à 250 salariés.
  • Un taux d'exportation élevé : 4,3  Milliards d'Euros de CA à l'exportation, en 2008, en croissance de 2 % sur 2007
  • Une consommation intérieure de 26,8 milliards d'euros en 2007.